mardi 17 octobre 2017

ESTAING

Nous sommes en Aveyron, à 36 km au nord-est de Rodez, dans un boucle du Lot qu'enjambe un vieux pont gothique, se dévoile la ville de Estaing, célèbre pour son château édifié par les comtes d'Estaing au XVIe siècle.

Estaing, son château du XVIe et son pont gothique
La famille d'Estaing fut l'une des plus puissante du Rouergue entre le XIIIe et le XVIIIe siècle, période à laquelle elle s'éteignit. Le nom d'Estaing a été pris en 1922 par plusieurs membres de la famille Giscard.
À Estaing se trouvent un monument classé (le château) et cinq autres monuments inscrits.
Le château, dont la construction a commencé au XVe siècle, fut la demeure de la famille d'Estaing qui s'est éteinte en 1794 par la mort du dernier représentant mâle de la maison d'Estaing, guillotiné par les révolutionnaires. Le château fut saisi comme bien national et vendu par lots. En 1836 les religieuses de Saint-Joseph achetèrent le château pour en faire un couvent. Elles le cédèrent à la commune en 2000, elles ne voulaient pas qu'il tombe dans les mains de la famille Giscard d'Estaing. Contre toute attente, la commune revend le château en 2005 à Valérie Giscard d'Estaing, son frère Olivier Giscard d'Estaing et leur cousin Philippe.

Château d'Estaing XVe
Château façade est









Estaing est situé sur la via podiensis du pèlerinage de Compostelle, le village était autrefois considéré comme un des points ou les chemins venant du nord-est traversent le Lot pour continuer sur Conques. Estaing a conservé bien vivant le souvenir du passage des pèlerins de Compostelle qui y ont laissé des traces, comme la célèbre fête de saint Fleuret qui a lieu tous les ans, le premier dimanche de juillet, depuis le XIXe siècle.

Halte de St-Jacques de Compostelle
Fête de St-Fleuret











Le pont, permet de franchir le Lot, ouvrage en schiste avec un couronnement de calcaire, il est construit à partir de 1490. Ses trois piles sont protégées par des becs triangulaires et rectangulaires, sa pile centrale est surmontée de deux éléments architecturaux se faisant face, une croix à l'amont et la statue de François d'Estaing à l'aval.

Pont du XVe siècle
Croix et statue sur le pont









Statue de François d'Estaing
Croix sur le pont









L'actuel bâtiment de la mairie et l'office de tourisme a été construit au XVIe siècle pour servie de collège de prêtres, associé alors à la chapelle de Louradou.
Le manoir de la Fabrègues date également du XVIe siècle, il a gardé de nombreuses traces du passé, cheminées monumentales, murs de pierres à vif et salle voutée. C'est aujourd'hui un hôtel.

Mairie et office de tourisme
Manoir de la Fabrègue








Manoir de la Fabrègue









Parmi le patrimoine religieux de la commune, nous trouvons l'église Saint-Fleuret, construite au XVe siècle sur l'emplacement d'un ancien prieuré. À l'extérieur, sur la terrasse, une croix en pierre sculptée du XVe siècle est particulièrement remarquable, entre le motif principal et le fut, on discerne à gauche, un petit pèlerin agenouillé qui nous rappelle une fois de plus le souvenir du pèlerinage de Compostelle.

Église Saint-Fleuret XVe
Croix de pierre XVe









Nef de l'église Saint-Fleuret









L'église Saint-Blaise de Vinnac a été bâtie au XIIe siècle, modifiée au début du XVIIe siècle, elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1979.
La chapelle Saint-Jean de l'Ouradou, construite entre 1524 et 1529, se situe au lieu dit l'Ouradou en bordure de la départementale 97.

Église Saint-Blaise
Clocher église St-Blaise









Chapelle St-Jean de l'Ouradou
Chapelle de l'Ouradou









Chapelle de L'ouradou
Portail chapelle de l'Ouradou









Sur le quai Amiral-d'Estaing, au milieu du pont qui franchit la Coussane, se dresse la statue de la Vierge et l'Enfant, œuvre de François Mahoux en 1866.

Vierge et l'Enfant
Maisons au bord du Lot









Vue sur le village
Autre vue sur le village









On ne va pas quitter ce charmant village sans parler de son vignoble, le vignoble a reçu l'Origine Vin Délimité de Qualité Supérieure, une dizaine de producteurs travaillent à l'amélioration de son vin et ont créé la Coopérative des Vignerons d'Olt. En 2003 ils construisent la Maison de la Vigne, du Vin et des Paysages d'Estaing ou vous pourrez apprendre sur leur savoir faire et déguster les différents vins.
À savoir également que tout le village se met à l'heure médiévale chaque deuxième week-end de septembre, il nous plonge au XIIIe siècle, les marchés regorgent de produits du terroir, les artisans montrent leurs œuvres, les troupes de troubadours animent les rues avec leurs jongleries et musiques traditionnelles.

Maison de la vigne et du vin
Médiévales d'Estaing


















lundi 4 septembre 2017

SAINT-NICOLAS-DE-PORT

De passage en Meurthe et Moselle, à quelques kilomètres de Nancy, nous allons faire une halte dans la petite commune de Saint-Nicolas-de-Port.
Située sur la rive gauche de la Meurthe, face à Varangéville, elle se trouve à 13 km de Nancy et 18 km de Lunéville par la départementale 400, mais l'autoroute A33 accueille le flux principal de circulation.

Vue aérienne

Au cours de la révolution française, la commune porte le nom de Port-sur-Meurthe. Appelée Saint-Nicolas du fait de sa basilique, elle a pris son nom actuel en 1961.
À l'époque gallo-romaine, la ville s'appelait Port, jusqu'à l'édification d'une première église en 1093, destinée à recevoir une relique de Saint-Nicolas, évêque de Myre. Cette origine toponymique, liée à la situation géographique et à l'activité fluviale, se retrouve dans les armoiries de la ville, la nef du blason, et dans sa devise Fluctuo nec mergor (je flotte mais ne coule pas), très proche de celle de Paris.

Blason de Saint-Nicolas-de-Port
Vue aérienne centre ville











Plus tard, 1193, une seconde église est construite. C'est dans celle-ci que Jeanne d'Arc est venue prier en 1429.
L'actuelle basilique, de style gothique flamboyant, fut construite aux XVe et XVIe siècle par René II, duc de Lorraine et duc de Bar, à la suite de sa victoire contre Charles le Téméraire, lors de la bataille de Nancy le 5 janvier 1477, qui a permis à la Lorraine de rester indépendante.

Façade de la basilique
Plaque mémoire Camille Friedman









 Selon la tradition rapportée par un marin, en 1098, un chevalier lorrain aurait volé une phalange de Saint Nicolas et l'aurait rapporté en Lorraine à Saint-Nicolas-de-Port ou elle devient un objet de pèlerinage nicolaïen majeur avec la traditionnelle procession. Selon cette tradition il s'agit qu'une phalange de la main droite de l'évêque, dextre bénissante, qui est conservé dans un bras reliquaire. Selon la légende, plusieurs miracles auraient eu lieu ce qui entraina un pèlerinage à Saint-Nicolas-de-Port et fit de Saint Nicolas le patron de la Lorraine.

Basilique Saint-Nicolas
Procession de la Saint-Nicolas








Statue St Nicolas centre grand portail
Statue St Nicolas basilique

















On remarque au pied du Saint les 3 enfants debout dans le saloir

Loges sous les chapelles
Bas relief, Judith et Holopherne









Basilique, chapelle St Nicolas
Basilique gisant de Simon Moycet









Nef culminant à 30 mètres du sol
Clocher à bulbes

















On remarque en entrant dans la basilique que l'axe de la nef n'est pas rectiligne, elle accuse une déviation de 6 degrés vers la droite. Plusieurs hypothèses ont été émise pour expliquer ce phénomène, mais la plus sérieuse semblerait être celle de Dom Calmet écrivant, que les bâtisseurs n'étant pas maitres du terrain, ils avaient crus devoir donner cette tournure à l'édifice. Les contraintes parcellaires semblent, encore à ce jour, être les meilleures explications de cette déviation.
L'orgue comporte 3673 tuyaux répartis en 54 jeux, classé monument historique depuis 1980.

Orgue 
Colonne torsadée d'un pilier transept

















Statue de Saint Sébastien
Nef vers le chœur

















Les vitraux de Saint Nicolas de Port forment l'ensemble le plus prestigieux de Lorraine et ont bénéficié d'une étude stylistique et technique de fond. La basilique dispose encore d'une part non négligeable de vitraux du XVIe siècle

Vitrail fenêtre droite chapelle Ste Anne
Vitrail chapelle Ste Marguerite











De nombreuses peintures sur pierre sont également visibles sur les colonnes.

Fresque Saint Martin partage son manteau
Fresque Sainte Aprône

















D'autres édifices religieux sont visibles dans la ville, le monastère de Notre-Dame-de-la-Congrégation construit en 1750, le couvent des annonciades, la chapelle du centre hospitalier. Le prieuré des bénédictins, le monastère des bénédictines et le collège des jésuites, ont disparus à jamais.

Chapelle de l'hôpital
Chapelle couvent de Annonciades









Chapelle N-D de la Congrégation









Dans la ville, vous pourrez aussi visiter le musée Français de la brasserie, il est installé dans une ancienne brasserie industrielle dont le bâtiment de 1931 est un exemple de l'architecture industrielle Art déco. Le musée présente à la fois du matériel de brasserie de différentes époques, des collections d'objets publicitaires, et des démonstrations de brassage dans une petite installation. Le musée s'enrichit continuellement depuis sont ouverture en 1988, et un grand nombres d'expositions temporaires sont organisées. Une dynamique autour du brassage s'est ainsi créée, faisant de Saint-Nicolas-de-Port un pôle incontournable du brassage amateur, artisanal ou fermier en France.

Musée de la brasserie
Musée salle des cuves

















Reconstitution brasserie XVIIIe
Gigantesque compresseur à froid












Saint-Nicolas fut desservi par l'ancien tramway de Nancy

Ancien tramway

Et nous n'allons pas quitter cette commune sans céder à la gourmandise qu'attendent tous les enfants sages de Lorraine lors du passage de Saint-Nicolas.

Saint-Nicolas en pains d'épices
Pâtisserie Gaillet









Diaporama nocturne