dimanche 19 février 2017

YVOIRE

Nous sommes en Haute-Savoie, arrondissement de Thonon-les-Bains, sur les rives du lac Léman, à 30 minutes d'Annemasse, se trouve la petite ville de Yvoire, véritable joyau posé au bord du lac, elle va vous enchanter par sa beauté et sa richesse.
Pour agrandir les images, cliquez dessus
Vue aérienne
La rive gauche du lac Léman se trouve en territoire allobroge, les Romains interviennent dans la région à partir du IIe siècle avant J-C. Des traces d'une présence romaine ont été trouvées à Yvoire et ses alentours sans toutefois indiquer une implantation importante. L'emplacement stratégique du promontoire avancé dans les eaux favorise l'édification d'un château dès le XIIe siècle.
Ce village médiéval de 925 habitants, est classé parmi les plus beaux villages de France, c'est l'une des destinations touristiques les plus prisées du Chablais français. Le village est récompensé chaque année, depuis 1959, dans le cadre du concours des villes et villages fleuris. Classé au grand prix national du fleurissement, il a reçu en 2002, la médaille d'argent du concours européen du fleurissement.

Maison fleurie
Décorations








Parmi le patrimoine historique du village nous pouvons admirer la porte de Genève, ou porte de Nernier, et la porte de Thonon, ou porte de Rovorée. La première est datée des XIVe et XVIe siècle, la seconde date du XIVe siècle.

Porte de Genève, XIVe XVIe siècle
Porte de Thonon, XIVe siècle

















Porte de Genève vue de l'intérieur
Porte de Thonon vue de l'intérieur









La première construction du château date du XIIe siècle, au début du XIVe siècle il devient un château fort, il va connaitre de nombreuse guerres durant le Moyen-Âge. En 1592, la République de Genève fait incendier et ravager le château, elle ordonne la démolition des remparts du village coté lac. Il ne reste alors que les fossés et les murs d'enceinte du grand donjon quadrangulaire actuel qui est alors partiellement aménagé pour être rendu habitable. Entre 1919 et 1939, d'importants travaux de restaurations du donjon sont entrepris avec entre autres, la reconstruction en 1939 du toit et des quatre échauguettes d'angles. En 1986, la famille d'Yvoire fait transformer l'ancien jardin potager du château en jardin botanique touristique, baptisé, Labyrinthe jardin des cinq sens, classé depuis jardin remarquable.

Château
Château vue depuis le lac









Panoramique du château vue depuis le lac

Jardin des cinq sens
Labyrinthe jardin des cinq sens









Jardin des cinq sens









Dans le village un autre monument est classé, il s'agit de l'église, dédiée à Saint Pancrace, elle date du XIIIe siècle, elle est agrandie en 1856 avec la mise en place d'un clocher à bulbe.
Église vue depuis la place

Église Saint-Pancrace XIIIe siècle

















Mairie d'Yvoire
Port de plaisance









Les remparts
Encrier géant








Rue fleurie
Panorama depuis le port









Panorama du village

Une très belle découverte pour tous les amoureux de belles choses qui ne connaissent pas.

jeudi 19 janvier 2017

LECTOURE

De passage dans le Gers, nous allons faire une petite halte à Lectoure. Cette petite commune de 3725 habitants est la deuxième commune la plus vaste du département après Condom. La ville actuelle s'élève sur un éperon calcaire, orienté est-ouest, délimité au nord et au sud par deux vallées débouchant sur la plaine du Gers. La ville antique s'étendait dans la plaine, au sud.

Lectoure, vue aérienne
Dans la campagne environnante, de petits ruisseaux ont permis la création de retenues collinaires destinées à l'irrigation agricole, mais aussi aux loisirs, avec le lac des trois vallées.
La ville est riche en nappes phréatiques  qui alimentaient les puits et de nombreuses sources, la fontaine Diane, la source de Saint-Clair, la fontaine Saint-Esprit. Certaines ne sont plus apparentes, comme celle qui jaillissait à l'est de la ville, visible sur les documents anciens.
Enfin, grâce à des forages à grande profondeur, des eaux chaudes ont permis à Lectoure de devenir une ville thermale.

Fontaine Diane
Entrée des thermes

















Intérieur des thermes
Intérieur des thermes









L'occupation du site est constante depuis l'époque préhistorique, en témoignent de nombreux vestiges retrouvés lors des fouilles. La situation géographique du site a toujours favorisé l'occupation humaine, occupée pacifiquement par les romains, la cités connait une longue période de prospérité. Les invasions barbares successives obligent les habitants à revenir sur la hauteur et a élever des remparts, faisant de Lectoure une place forte.
Lectoure est labellisée ville d'art et d'histoire. L'axe principal est constitué par la rue Nationale où se trouvent plusieurs hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècles, la tour d'Albinhac  du XIIIe siècle, l'église des Carmes ou du Saint-Esprit du XVIe, l'hôpital du XVIIIe.

Cathédrale XVIe siècle
Clocher vu de l'est

















Tour d'Albinhac XIIIe siècle
La tour du bourreau ou tour de Corhaut est la seule tour subsistant de l'enceinte médiévale. Son nom vient du fait qu'elle était la résidence du bourreau, alors que sa désignation officielle était tour de Corhaut, nom du à sa situation géographique dans le quartier de Corhaut près de la porte du même nom.

Tour du Bourreau XIVe siècle
Fontaine Diane, gravure du XIXe siècle

















Hôtel Ducasse, XIIe siècle
Hôtel Bastard-Castaing XVIIIe siècle

















Le complexe thermal de la ville est installé dans l'ancien hôtel particulier de la famille Goulard.

Hôtel Goulard, cour intérieure
Hôtel Goulard, façade des thermes








L'ancien château des comtes d'Armagnac, un des mieux fortifiés en son temps, fut en grande partie détruit au XVIIIe siècle pour construire un hôpital. Il subsiste toutefois du château d'importants vestiges, les remparts et des restes de fortifications.

Château, remparts ouest
Château, bastion nord-ouest








Ancien château des comtes d'Armagnac
La chapelle du Carmel est comprise dans l'enceinte du couvent qui abrite encore quelques religieuses carmélites.

Chapelle du Carmel XVIIe siècle
Intérieur de la chapelle

















Plafond de la chapelle
Retable de la chapelle









L'église des Cordeliers, XVe siècle, elle ne subsiste que par son portail gothique, très altéré.

Portail de l'église des Cordeliers
Porte ancienne Sénéchaussée

















L'hôtel de ville de Lectoure occupe l'ancien palais de l'évêché, XVIIe siècle, qui fut successivement, la demeure du maréchal d'Empire Jean Lannes, la sous préfecture, le tribunal et la mairie.

Cour de l'hôtel de ville
Hôtel de ville









On accède à l'étage par un grand escalier orné d'une très belle rampe de ferronnerie. À l'étage on accède à la salle de l'ancien tribunal, ornée de grandes toiles du XIXe siècle, et à la salle des illustres, puis aux différents services de la mairie.

Escalier de l'hôtel de ville
Salle des Illustres

















Quelques Illustres exposés
Général Subervie

Général JB Dupin
Général de Laterrade
Augustin Boutan
Général Soulés
Général Banel
Sous la mairie se trouve le musée Eugène Camoreyt, musée historique de Lectoure, il est pour l'essentiel un musée lapidaire et archéologique qui regroupe des vestiges préhistoriques, gaulois, gallo-romains et en particulier une des plus importantes collections d'autels tauroboliques du monde.

Autel taurobolique
Autel taurobolique

















Ancienne halle, dessin Eugène Camoreyt
Ancienne Sénéchaussée, dessin E.C

















Encore bien d'autres trésors à découvrir dans ce charmant village du Gers.